home Célibattant(e)s, Témoignages & Interviews Le célibat de masse et le mariage tardif – Le point de vue de la jeunesse.

Le célibat de masse et le mariage tardif – Le point de vue de la jeunesse.

BEN MHENNI Akram est jeune mais particulièrement préoccupé par le fléaux du célibat qui n’épargne pas les musulmans. Il a un regard et un point de vue particulier, loin des sentiers battus. Nous avons choisis de lui donner la parole afin qu’il nous présente son livre.

Pouvez-vous vous présenter (études & formations, parcours) ?

Je m’appelle Akram. J’ai 26 ans, célibataire. Je n’ai pas fait de longues études. Les seuls diplômes que j’ai sont ceux de plombier et d’électricien. Je suis donc plombier et électricien de métier. Je ne suis ni imam ni spécialiste en quoi que ce soit, mais je suis simplement un musulman lambda qui essaie de méditer et de contempler le monde qui l’entoure. En parallèle de mon activité professionnelle je prends des cours religieux dans un institut islamique. Et je suis aussi autodidacte d’une certaine façon, puisque je m’intéresse à d’autres disciplines et à d’autres matières en plus de la religion, comme la philosophie, la psychologie, l’économie etc.

Quel est selon vous, la principale cause du mariage de plus en plus tardif ?

Pour certains, il s’agirait de dire quelles sont les principales causes plutôt que la principale cause. En vérité, après avoir analysé et m’être intéressé à cette question du célibat de masse et du mariage tardif, il y aurait effectivement une unique et principale cause. Et toutes les autres causes pivoteraient autour de celle-ci ! C’est cette idée d’émancipation de la femme et le féminisme. D’autant plus que le féminisme existe de manière subtile et inconsciente chez la majorité des musulmanes pour ne pas dire toutes. J’en parle abondamment dans mon livre.

A votre avis, pourquoi et comment ce fléau a t il pu atteindre particulièrement les célibataires musulmans alors que l’islam incite au mariage à un âge jeune.

Pour une grande partie des non musulmans la question du mariage ne se pose plus, puisqu’ils ont remplacé le mariage par le copinage, et cela très jeune. C’est pour cela que l’âge moyen du premier rapport sexuel pour les non pratiquants d’une religion est de 17 ans.

Mais les musulmans pratiquants savent qu’ils doivent se marier et non passer par le copinage pour assouvir leurs besoins charnels. Selon mon humble avis, les musulmans ont voulu faire un mixe entre l’Islam et le modèle occidentale [et cela de manière inconsciente]. Ils ont voulu faire cela en retardant le mariage pour faire de longues études, pour faire carrière, pour avoir une stabilité professionnelle et financière, pour avoir un appartement suffisamment spacieux…  Et bien évidemment les parents ont un rôle à jouer dans cela, puisqu’eux-mêmes encouragent leurs enfants à penser à leurs études et à leur carrière avant de songer au mariage.

Mais le modèle occidental s’oppose au modèle islamique, en vérité à tous les modèles traditionnels. Et on ressent les conséquences de cette non compatibilité entre les deux à travers le nombre de personnes ayant dépassé la trentaine toujours célibataires.

Pour quelles raisons avez-vous écrit ce livre ? Et à qui s’adresse t il.

Au départ j’ai longuement hésité avant d’écrire ce livre. Mais le besoin s’est fait ressentir pour que je revienne sur ma décision. Je l’ai écrit, car la situation est grave. La majorité des frères et sœurs qui ont mon âge ou un peu plus que je rencontrais, étaient célibataires. Je me rendais compte que cela n’avait pas l’air de choquer grand monde, bien au contraire, c’était même entré dans les mœurs. Et je me disais que cette situation n’était pas normale, surtout pour nous, musulmans, qui avons connaissance du caractère sacré du mariage. Et finalement, après de nombreuse lectures, analyses et découvertes sur ce célibat de masse et ce mariage tardif, j’ai décidé d’écrire ce livre.

Ce livre s’adresse à toute personne désireuse de connaître les facteurs et les causes qui contribuent au célibat de masse et au mariage tardif. Donc, ils s’adressent aussi bien aux jeunes célibataires (même moins jeunes maintenant), aux imams, aux prédicateurs, aux parents et aux autres.

Car croyez-le, chère sœur, nous dirigeons vers un célibat définitif pour beaucoup. Et j’espère vraiment me tromper. Et Dieu est plus Savant !

Propos recueilli par Sabrina de l’agence ABELNI.

Voici le lien vers le livre :

http://amzn.to/2HXOznT

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *